L'association Pulsart

Objet : Association nationale d’actions artistiques, culturelles et éducatives dans la lutte contre les exclusions et les discriminations.

Pôles d’actions :

– Citoyenneté / Engagement

– Egalité / Mixité

– Santé / Environnement

L’association propose des ateliers de création et des formations. Elle produit et diffuse des outils (spectacles, films, expositions, édition, outils pédagogiques, rencontres/débats).

Territoires d’intervention : national

Partenaires de terrain : maisons de quartier, services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, centres d’hébergement d’urgence, foyers, antennes jeunes, points information jeunesse, centre d’accueil de demandeurs d’asile, centres de réinsertion sociale, maisons d’arrêt, instituts médico-éducatifs, fédération d’éducation populaire, foyers de vie, centre d’hébergement de réinsertion sociale (CHRS), comités d’entreprise, centres de vacances, maison d’enfants à caractère sociale (MECS), école de la deuxième chance, centre de formation des apprentis (CFA), groupement d’entraide mutuelle (GEM), sections d’enseignement général et professionnel adapté de collèges, lycées professionnels, agricoles…

 

Principaux financeurs : Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Ministère de la Culture et de la Communication, Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), directions Régionales et Départementales de la Cohésion Sociale, Agences Régionales de Santé, Secrétariat d’Etat aux droits des femmes, Direction Régionale aux Droits des Femmes et à l’Egalité (DRDFE), conseils régionaux, conseils départementaux, communes, fondations…

Agréments administratifs : Jeunesse et Education Populaire, Licence d’entrepreneur du spectacle n° 2-1012961, Prestataire de formation n° 11930511293

Fondée en 1994, Pulsart est une association nationale d’actions artistiques, éducatives et culturelles qui lutte contre les exclusions et les discriminations. Elle fédère des artistes qui revendiquent une démarche artistique et un engagement au côté d’une population dite défavorisée, fragilisée, handicapée. Pulsart prône les valeurs d’une démocratie culturelle directe, par la rencontre entre artistes professionnels et public fragilisé au travers d’un processus de création individuelle et collective partagé. Pulsart touche plusieurs milliers de jeunes et d’adultes par an.

Pulsart œuvre à partir de trois pôles : Citoyenneté / Engagement ; Egalité / Mixité ; Santé / Environnement, sur les thématiques suivantes :

  • égalité professionnelle
  • lutte contre les stéréotypes
  • laïcité
  • éducation à la citoyenneté
  • esprit critique
  • manipulation et nouvelles technologies
  • participation citoyenne
  • engagement et solidarité
  • parentalité
  • liberté d’expression
  • souffrance mentale
  • projet de vie / insertion professionnelle…

Pulsart travaille à l’émergence d’une culture commune par l’action artistique qui permet une mixité sociale et culturelle où la rencontre créative est possible. Pour œuvrer à la considération d’un public exclu, il faut affirmer que ce ne sont pas les quartiers qui sont sensibles mais bien les gens qui le sont. Ce constat est essentiel pour qu’une personne en situation d’exclusion puisse relever la tête. Provoquer une mise en confiance, un autre regard sur soi-même, une responsabilisation, une participation, voire une revendication, sont autant de missions que Pulsart souhaite remplir.

Pulsart intervient sur des champs artistiques variés comme la photographie, la vidéo, la peinture, l’infographie, la musique, l’écriture, la danse. L’association a pour objectif de permettre, en particulier à un public jeune, l’expression personnelle et le développement de réflexes citoyens. Pour ce faire, elle s’appuie sur l’éducation populaire, à travers la mise en place d’ateliers de pratiques artistiques et de rencontres.

Pulsart suscite la parole des jeunes, encourage la communication interculturelle et intergénérationnelle, lutte contre l’isolement et l’enclavement des quartiers et des personnes. Pulsart élabore ses actions artistiques en fonction de la réalité des territoires d’intervention et du public, en insistant sur la place des participants aux ateliers dans le processus de création. Les productions artistiques issues des ateliers sont diffusées en partenariat avec diverses institutions culturelles et dans l’espace urbain prétendant être critiquées au même titre que d’autres créations. Elles sont autant de preuves d’art et d’actions, les traces d’un devoir de poésie et d’un droit d’exister. Pulsart organise des spectacles et des expositions, produit des vidéos, des CD, des DVD et édite des ouvrages qui viennent compléter les divers modules d’interventions proposés. Ces productions constituent autant d’outils de formation que Pulsart délivre aux professionnels de la culture et du social.

Pulsart se propose d’accompagner les acteurs dans la prise en compte des complémentarités de chacun et la nécessité de travailler ensemble. Un des objectifs est de transmettre un certain nombre de valeurs et de savoir-faire, d’accompagner dans la durée les acteurs locaux afin de participer à la transformation durable de la société, du territoire et des politiques publiques, et ce, sans jamais se substituer aux relais que sont nos partenaires sur le terrain.

De là, par le biais artistique, de nouvelles propositions éducatives, des formes pédagogiques alternatives peuvent surgir, répondant à l’urgence de questions qui brûlent toute une jeunesse en danger. Celle qui nous permettra de renouveler les propositions culturelles d’une société guettée par la consanguinité des élites. Notre avenir.

Pulsart opère un travail de synergie avec les collectivités locales et toutes les structures relais qui constituent des partenaires sur le terrain. Des rencontres sont organisées avec les habitants du quartier concerné et les acteurs locaux, artistiques, culturels et sociaux. L’association souhaite mobiliser simultanément habitants, artistes, urbanistes, élus, professionnels de la culture, etc. Il s’agit en effet de décloisonner les champs artistiques, de favoriser la transversalité entre les institutions concernées et leurs différentes prérogatives. Il s’agit d’amener chacun à prendre part individuellement et surtout collectivement à ce qui se déroule sur les champs du social, du culturel et du politique. Plusieurs dimensions peuvent dès lors être investies comme celles de l’éducation à l’altérité, la prévention de la délinquance et de la récidive ou encore la lutte contre toute forme de discrimination.

L’association Pulsart organise ces actions afin de valoriser la créativité et l’implication sociale des publics en situation d’exclusion. Créer, c’est découvrir qu’on existe ; imaginer l’ailleurs, c’est se construire ici et maintenant.

L’action artistique peut-elle lutter contre l’exclusion et les discriminations ?

Une entrevue de Maxime Apostolo publiée dans Télérama à l’occasion des émeutes de novembre 2005.
> lire l’entrevue

Maxime Apostolo from Paris: Europadoxe

Interview de Maxime Apostolo, mixée avec des sons issus d’intervention, faite par le site Radio Day.
> écouter

Démarche

DISPOSITIF

C’est sur la demande d’une ville ou d’une collectivité locale, par l’intermédiaire de ses services culturels, enfant-jeunesse ou prévention de la délinquance que Pulsart peut intervenir. D’autres interlocuteurs, comme des centres sociaux-culturels, des MJC, des fédérations d’éducation populaire, des inspections académiques, peuvent également solliciter l’association.

Le commanditaire présente alors la problématique sur laquelle il souhaite agir, ainsi que l’environnement local : enclavement d’un quartier, relations intergénérationnelles, mixité sociale et culturelle, intégration des minorités, échec scolaire, violences, rupture de dialogue, montée de l’extrémisme, éducation et formation, …

Les artistes de Pulsart, entourés d’urbanistes, d’architectes, de sociologues et des différents acteurs du lieu même d’intervention vont alors préconiser une action à partir d’un concept original d’interventions artistiques qui sera validé par les partenaires de l’opération et qui pourra être modifié ou qui pourra évoluer si nécessaire.

L’action est conçue en fonction du public visé. Pulsart intervient sous la forme d’ateliers de pratiques artistiques principalement auprès d’un public de 8 à 25 ans avec des modules ou actions annexes en direction des familles (expositions, repas de quartier, spectacles, etc…).
Une fois le concept de l’action validé, les relais locaux constituent les différents groupes de participants. Lorsqu’il s’agit d’un public composé de jeunes, l’action peut se faire soit durant, soit hors temps scolaire.

Une personne référente est systématiquement désignée soit au niveau du groupe scolaire, soit au niveau de la structure d’animation ou de l’association partenaire du projet. Au minimum, deux artistes intervenants encadrent l’action permettant ainsi un relais constant entre la dimension artistique et la dimension humaine et sociale.

D’autres personnes peuvent également intervenir pour faciliter l’implantation et le travail de Pulsart. Leur concours doit s’opérer pendant toute la durée de l’action.
Le temps d’une action est d’environ un an. Dans certains cas, des partenariats étroits avec les villes permettent de reconduire une action d’une année à l’autre. Sinon, nous essayons de revenir tous les deux ans en nous appuyant sur les relais et acteurs locaux qui ont suivi et ont participé au déroulement de l’action. Ces intermédiaires sont indispensables pour faire vivre le projet et pour se l’approprier.

L’intervention de Pulsart fait dans la mesure du possible l’objet d’une  » trace  » sous la forme de vidéos, CD, livre-objet, sculpture, fresque, installation … etc. Le but des interventions de Pulsart n’est pas la fabrication de cette  » trace  » mais elle permet à chacun de conserver le souvenir de ce qui s’est déroulé, de valoriser le travail mené, de garder la preuve, de mieux  » vendre  » une intervention à venir. Il s’agit également pour Pulsart d’archiver concrètement des actions dont les aspects essentiels se situent dans le contact et l’échange, une manière de rendre compte, par défaut, de ces dimensions difficilement quantifiables ou évaluables.

L’une des particularités de Pulsart est d’intervenir simultanément sur plusieurs quartiers d’une même ville, ce qui vient renforcer le caractère fédérateur du projet en stimulant tous les axes transversaux de la vie culturelle et sociale de la ville. Ceci a aussi pour avantage de rendre visible et lisible une politique culturelle à l’échelle municipale car les interventions et réalisations sont très souvent implantées dans l’espace urbain in situ (parcours, installations, fresques, sculptures, …).

Par le vecteur artistique, une communication inter-quartiers s’établit mais aussi entre les quartiers et le centre-ville. Les commerçants, la population ou les entreprises peuvent aussi être sollicités suivant le contenu et les objectifs du projet.

DIMENSION STRUCTURANTE

L’effet premier de ce type de projet est de développer une synergie entre les acteurs d’une ville qui n’ont pas forcément l’habitude d’un travail en commun. Pulsart fait ainsi figure de catalyseur de la rencontre entre acteurs relevant des champs de l’art, de la culture et du social.

C’est le principe du partenariat qui permet de générer des projets en commun et ce principe est une des conditions sine qua non de l’intervention de Pulsart. Chaque projet doit provoquer des rencontres du fait du croisement des financements et de la nécessité de mobiliser des acteurs locaux variés en vue de l’ouverture des activités à des publics différents.

La réussite d’un projet est d’ailleurs intimement liée à la capacité de chacun d’œuvrer ensemble. Si des services municipaux, un centre culturel, une MJC, une mission locale et tout autre intervenant ou acteur publique ne sont pas en mesure de coordonner leur action, il est difficile alors de demander aux habitants ou aux jeunes de dégager des intérêts communs à la collectivité et de développer des réflexes citoyens et solidaires.

C’est pourquoi, il est nécessaire de définir des objectifs communs liés à la transformation sociale qui ne peuvent l’être qu’à travers une politique culturelle forte affirmée à l’échelle de la ville.
La démarche de Pulsart est éminemment politique : il s’agit en effet de mener chacun à se sentir non seulement concerné par ce qui se déroule au plan social, culturel, politique dans son environnement proche mais surtout à y prendre part, individuellement et surtout collectivement.

Pulsart travaille à un rapprochement des objectifs sociaux et culturels. Les différents champs d’actions ministériels habituellement cloisonnés trouvent dans les actions menées par l’association une occasion de rapprochement.

Les discours tenus et les actions menées affirment et démontrent que les problématiques ne relèvent pas d’une logique unique et qu’il faut relier les différentes politiques ministérielles en vue d’améliorer la situation des quartiers et des personnes qui y vivent.

MÉTHODE PÉDAGOGIQUE

Les objectifs d’une action artistique et culturelle doivent se définir à partir de la capacité des participants à pouvoir retranscrire leur propre expression, ce qui est la condition première à l’émulation d’une population autour d’un projet. C’est une rencontre qui doit se produire entre des artistes et les participants des ateliers. Il s’agit de mettre en place les conditions nécessaires à une création partagée.

Ceci implique au début de l’atelier une direction forte de la part des artistes intervenants marquant la rigueur nécessaire à l’aboutissement artistique du projet et donc à l’intelligibilité de l’expression des participants. C’est au cours de l’action que l’autonomisation va s’instaurer, voire progresser, quitte à dévier du concept artistique initial si cela doit favoriser la réussite du projet. Les méthodes pédagogiques relèvent de la pédagogie inductive : c’est le projet qui détermine l’action et c’est dans l’action que chacun devient force de propositions et apporte sa pierre à l’édifice commun.

La méthode fonctionne en deux temps : élaboration collective d’un projet et participation de chacun à sa réalisation. C’est dans l’action que se structure l’apprentissage du  » travailler ensemble « , en passant par l’utilisation de techniques, la formulation des contenus véhiculés, l’appropriation du sens, la capacité de porter un regard sur ce qui s’est produit …

Les Arts Plastiques sont un outil très performant lorsqu’il faut encourager rigueur, persévérance, concentration, assurance et expression personnelle.

L’efficacité de cette méthode repose également sur l’organisation des actions : un emploi du temps assez dense et resserré dans le temps pour les ateliers, l’appropriation d’un lieu sur un temps donné, une organisation par phases : déroulement des ateliers, interventions d’artistes, exposition, bilan.

Par ailleurs, Pulsart participe également à la formation des acteurs locaux en imposant un certain nombre de conditions à la mise en place et à la réalisation de ses actions. Il ne s’agit pas de plaquer une action conçue par Pulsart mais de monter ensemble un projet qui permette la rencontre des compétences, savoir et savoir-faire des uns et des autres.

Un projet est conçu en partenariat entre Pulsart et les acteurs locaux, les actions sont menées dans un cadre d’intervention bien établi et avec une répartition des responsabilités de chacun, on mobilise largement et l’on évolue ensemble.

L’exigence artistique, le rappel systématique des objectifs de fond, l’établissement d’un rapide diagnostic local, la formulation des objectifs des actions, les temps de rencontre et d’évaluation participent de la formation des acteurs locaux par Pulsart. Et il s’agit bien d’un échange puisque Pulsart se nourrit dans la confrontation au local.

DYNAMIQUES

Les publics visés sont souvent majoritairement des publics en difficultés ou en situation d’échec scolaire ou socio-professionnel.

Il est donc impératif de leur faire prendre conscience qu’il est possible pour eux de s’investir dans une action et, de ce fait, participer à la vie du quartier, de la ville.

Participer, c’est déjà s’en croire capable : capable de prendre sa place, de prendre la parole même si pour ce public, l’expression peut être difficile. Les artistes ont sans doute, à ce niveau, la responsabilité de faire partager cette capacité d’expression.

S’EXPRIMER… MAIS À QUOI BON ?

L’impression que l’on n’est personne domine. S’exprimer, c’est oser dire que l’on est quelqu’un. Pour qu’une personne puisse accéder à une compréhension artistique, elle doit à la fois se confronter à ses propres capacités d’expression, au travail d’artistes que l’on peut considérer comme professionnels et aux regards que les autres portent sur son propre travail comme sur le travail d’autrui ; le tout dans la convivialité et dans le plaisir de la rencontre.

Pouvoir participer à la vie culturelle de sa ville, c’est être admis au rang de citoyen. L’action collective, fondement des projets de Pulsart à travers les interrogations individuelles de chacun, reste l’étape à franchir au niveau du quartier.

Trop peu d’associations, de regroupements d’habitants subsistent à l’intérieur des quartiers en comparaison avec les années 70. C’est aussi le rôle de l’artiste que d’être vigilant, de faire en sorte que la culture vive, et qu’elle ne meure pas.

L’action artistique et culturelle peut être une réponse, un des instruments possibles pour réduire les inégalités et faciliter l’intégration des populations issues de l’immigration. Elle permet de passer de l’état de passivité à l’état de spectateur, voire d’acteur.

Elle permet de nombreuses combinaisons entre les infrastructures d’une ville, de son coeur à la périphérie, de ses banlieues à son centre-ville.

Objectifs

 Rendre accessible et lisible cette expression culturelle et sociale au plus grand nombre dans un contexte urbain de rue et d’une manifestation publique. Offrir aux habitants dans leur ensemble, toutes catégories confondues, l’occasion d’une communication transversale grâce à l’outil culturel et artistique, base d’une solidarité indispensable à une cohésion sociale.
Insister sur la nécessité d’un travail rigoureux de qualité nécessaire à une possible professionnalisation artistique pour certains (le public de l’atelier est amateur) mais avant tout, marquer envers soi-même sa propre exigence.Développer entre les habitants de toutes origines et de tous âges, un dialogue et une solidarité de devenir, constituer une histoire et une culture communes grâce à la pratique artistique et à l’investissement des artistes dans le champ urbain.Promouvoir l’ouverture sur l’art contemporain, par la programmation d’expositions d’arts plastiques, par des rencontres avec les créateurs et la mise en place d’ateliers permettant aux jeunes de s’initier à des pratiques actuelles.Former, en particulier les jeunes aux nouvelles technologies.Trouver des terrains facilitant l’émergence de cultures nouvelles communes.Encourager la participation des jeunes et des habitants à la vie culturelle de leur quartier et de leur ville, par la mise en place d’une action artistique et d’événements dont ils sont acteurs et spectateurs.Favoriser le dialogue et les échanges entre les générations et entre les populations d’origines diverses par le biais d’interventions artistiques, de manifestations et de rencontres locales.Favoriser la mixité, surtout avec les publics jeunes.

Revendiquer une volonté de vivre ensemble en s’appropriant des espaces urbains communs et en agissant sur cet environnement.

Démontrer que l’espace urbain n’est pas forcément générateur d’un sentiment d’oppression mais qu’il peut être le théâtre de l’affirmation de soi par la mise en valeur aux yeux de tous, de sa propre identité.

Replacer des jeunes dans un contexte d’apprentissage et de formation dont ils ont pu être exclus ou dont ils se sont exclus eux-mêmes. On incite là à une démarche volontaire car on tient compte avant tout de ce qui émane d’eux.

Encourager la démocratie locale participative et accroître la participation des habitants dans le cadre de l’aménagement de l’espace urbain de leur quartier et initier les jeunes à des techniques artistiques et architecturales pouvant déboucher sur une formation. Leur donner une éducation artistique les conduisant à avoir un regard constructif et non plus destructeur sur le quartier.

Accompagner dans la durée, sans se substituer. La réalisation des objectifs affichés est conditionnée par l’inscription des actions dans la durée. L’intervention de Pulsart parvient à modifier les comportements locaux, donc à agir sur le plan de la transformation sociale si et seulement si elle se reproduit régulièrement, avec l’objectif de transmettre un certain nombre de valeurs et de savoir-faire.

Moyens humains

Encadrement

Tous les artistes travaillant pour l’association Pulsart sont des professionnels diplômés dans leur domaine d’intervention et qui ont une longue expérience des pratiques artistiques auprès de publics en difficulté.

Une présence régulière sur les ateliers doit être assurée par l’équipe éducative des structures partenaires afin d’accompagner les participant-e-s dans leur expérience des ateliers et d’assurer la transférabilité, dans leur projet de vie, des transformations amorcées.

Coordination

Une coordinatrice pédagogique et technique permanente de l’association Pulsart est chargée d’assurer le suivi, le bon déroulement et l’évaluation de l’action. En concertation avec l’équipe éducative des structures partenaires, différents moments de réunion sont organisés afin d’évaluer les objectifs éducatifs, pédagogiques et artistiques de l’action. Ces temps d’évaluation et leurs résultats permettent de faire évoluer l’action et d’apporter, si besoin, des améliorations en termes de moyens, de fréquence, d’encadrement, de supports ou de pratiques artistiques.

ÉQUIPE ÉDUCATIVE

L’action est conduite en collaboration étroite avec l’équipe éducative de la structure partenaire. Des réunions de coordination sont instaurées en amont, pendant et en aval des sessions d’ateliers de pratiques artistiques afin d’établir un contact permanent avec l’équipe éducative qui connaît les publics et est donc le premier interlocuteur des artistes. Ces réunions sont organisées afin d’évaluer les objectifs aussi bien pédagogiques qu’artistiques et de définir ensemble les avancées du projet.

Adhésion

Soutenez l’action de Pulsart, association nationale d’actions artistiques !

Adhérez et faites adhérer ! Pour aider au développement de Pulsart, vous pouvez devenir membre bienfaiteur, membre,  artiste intervenant ou bénévole

LES ARTISTES INTERVENANTS

Les artistes intervenants à Pulsart s’engagent individuellement et collectivement sur le principe de création partagée, et signent la charte éthique et politique de l’association, qui reprend les valeurs défendues par Pulsart.

L’adhésion est annuelle et soumise à une participation financière de 20 euros (RMIstes, chômeurs, étudiants : gratuit).

L’adhésion des artistes est soumise à l’approbation du Conseil d’Administration.

s’engager en tant qu’artiste intervenant à Pulsart

LES BÉNÉVOLES

Les personnes de bonne volonté sont les bienvenues pour des interventions ponctuelles ou régulières auprès des équipes Pulsart.

Contactez-nous pour nous indiquer vos disponibilités et savoir-faire…

Contacter Pulsart pour devenir bénévole

Charte Pulsart

VIDÉO, MUSIQUE, ARTS PLASTIQUES, ÉCRITURE, DANSE, NTIC…
LES ARTISTES DE PULSART S’ENGAGENT INDIVIDUELLEMENT ET COLLECTIVEMENT SUR LE PRINCIPE DE CRÉATION PARTAGÉE

ENVIE DE VOUS ENGAGER ?

Consultez la Charte éthique et politique de Pulsart

Cette charte est un descriptif non exhaustif des valeurs que défend Pulsart, auxquelles l’artiste doit adhérer lorsqu’il mène une action en tant qu’artiste intervenant au sein de l’association Pulsart. La signer implique le respect et l’application de ces valeurs. L’artiste intervenant n’est pas systématiquement adhérent à Pulsart mais doit obligatoirement avoir signé cette charte pour exercer ses fonctions au sein de l’association.

Envoyez-nous un dossier de candidature (CV & travail perso) : contact@pulsart.org

> Consultez la Charte éthique et politique de Pulsart

Partenaires

Ont participé en 2010 et 2011 aux actions de Pulsart par la mise en place d’ateliers, le soutien ou la diffusion des productions, notamment :

Association Aurore : Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale Le Lieu Dit (75011), ESI Halte 16-25 (PARIS, 75012), Résidence Bruxelles (PARIS, 75018), Résidence Albert 1er (LA VARENNE SAINT-HILAIRE, 94), Centre d’hébergement et de stabilisation Haltes Maison Blanche (NEUILLY SUR MARNE 93),  Association AMISEP d’Auray (56), Association des Rencontres Musicales de Nedde (87), Association Don Bosco (BREST, 29), Association Le Refuge (PANTIN, 93), Association Liberté Couleurs (35), Association Mosaïque (ECQUEVILLY, 78), Auditorium de l’Hôtel de Ville (PARIS,75), Avenir jeunes (CAUDRY, 59), ANACR de Châteauneuf la Forêt (89), Bureau Information Jeunesse de Saint-Malo (35), Centre Communal d’Action Sociale de Brest (29), Centre D ‘Information aux droits des Femmes et des familles (29), Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile (RENNES, 35), Centre d’initiation culturel et artistique et Centre socioculturel Clara Zetkin (VILLETANEUSE, 93), Centre d’animation Mathis (PARIS, 75), Centre de Formation d’Apprentis de Vannes (56), Centre de moulin Mer (29), Centre Départemental Enfance – Famille (VILLEPINTE, 93), Centre Hubertine Auclert (PARIS, 75), Centre Maurice Noguès (PARIS, 75014), Centre Médical et Pédagogique de Varennes Jarcy (VARENNES JARCY, 91), Centre Médical et Pédagogique Beaulieu (RENNES, 35), Centre Social Basse Masure (ROUBAIX, 59), Centre social de Condé s/Escaut (59), Centre Social de la Vigne Blanche (LES MUREAUX, 78), , Centre social et culturel Danube (PARIS, 75019), Club Guy Môquet (ARCUEIL, 94), Colère du présent (ARRAS, 62), Collège Lavoisier (PANTIN, 93), Collège Montesquieu (EVRY, 91), Communauté urbaine de Cherbourg (50), Culture et Liberté (ARRAS, 62), DailyLife (LILLE, 59), Direction Territoriale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse de Seine-Saint-Denis, Direction Territoriale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse d’Ille-et-Vilaine, Espace Jeunes (GENNEVILLIERS, 92), Estia-Espace Jeunes de Chateaugiron (35), FAE Broglie (35) , Foyer éducatif spécialisé la Maison (BUC, 78), Foyer des Jeunes d’Arradon (56), GIP Accueil des Gens du Voyage d’Ille-et-Vilaine (35), Hôtel de Région à Limoges (87), Hôtel de Ville de Cergy-Pontoise (95), Imprimerie du Musée d’Ussel (19), L’agence Le Moutard (LYON, 69), L’ASET Nord (VILLENEUVE D’ASCQ, 59), La Brouette bleue (COYECQUES, 62), La chambre d’eau (LE FAVRIL, 59), La Clé (LILLE, 59), La Compagnie de l’Indépendante (LILLE, 59), La Compagnie KLX (Paris, 75), La Maison des Syndicats (BREST, 29), Le Prato (LILLE, 59), Le Quartz, scène nationale (BREST, 29), Les nuits du 4 août (PEYRELEVADE, 19), Ligue de l’enseignement 29, Lycée Forestier de Meymac (19), Lycée Suzanne Valadon et le lycée Antoine de Saint Exupéry (LIMOGES, 87), Mairie de Rempnat (19), Mairie du 13e arrondissement (PARIS, 75), Maison d’Arrêt de Brest (29), Maison d’Arrêt de Fleury-Mérogis (91), Maison de Quartier Axe Majeur – Horloge (CERGY, 95), Maison des Ensembles Paris (PARIS, 75012), Maison des Jeunes et de la Culture Fernand Léger (CORBEIL- ESSONNES, 91), Médiathèque Hélène Oudoux (MASSY, 91), Mission Locale du Pays de Lorient (56), MJC Maryse Bastié (VIRY CHÂTILLON, 91), Musée de la Résistance de Peyrat le Château (19), Palais du Luxembourg (PARIS, 75), Point Information Jeunesse d’Auray (56), Réseau Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui (74), Résidence Jeunes Travailleurs de Juvisy sur Orge (JUVISY SUR ORGE, 91), Riquita (VALENCIENNES, 59), Salle des musiques actuelles la Carène (BREST, 29), Salon des artistes de Haute-Corrèze (SAINT SÉTIERS, 19), Service Territorial Éducatif de Milieu Ouvert (AUBERVILLIERS, 93), Services d’accueil d’urgence Didot et Regnault (PARIS, 75014), Services Territoriaux Educatifs en Milieu Ouvert (AULNAY-SOUS-BOIS et LE RAINCY, 93), SESSAD – Service Educatif Spécialisé et de Soins à Domicile (MAGNANVILLE,78), Institut médico-éducatif (BREUIL BOIS ROBERT, 78), Maison de Quartier Champs-Elysées (EVRY, 91), Théâtre de la Cité Internationale Paris (75014), Unité Éducative de Milieu Ouvert et l’Unité Éducative d’Activité de Jour (SAINT-DENIS, 93), Unité Educative en Milieu Ouvert (AUBERVILLIERS, 93), Ville de Brest « Festival Pleins feux sur la jeunesse » (29), Ville de La Verrière (78), Antennes jeunes 9e, Flandre et Orillon (75)  …